Online interview
Interview

Actualités>Interviews>Avec la mise en place de la digitalisation, du coffre-fort numérique, d’un portail Ressources Humaines, nous avons pu dématérialiser un maximum de documents et fluidifier les échanges entre les agents et les gestionnaires. » Jamila BENSAMMOUD

Jamila bensammoun

Avec la mise en place de la digitalisation, du coffre-fort numérique, d’un portail Ressources Humaines, nous avons pu dématérialiser un maximum de documents et fluidifier les échanges entre les agents et les gestionnaires. » Jamila BENSAMMOUD

04 janvier 2023

SDDS : Quel est votre parcours au sein de CPage ?
Jamila BENSAMMOUD : Ingénieur informatique de formation, j’ai intégré CPage voici une quinzaine d’années. J’ai un parcours riche et varié au sein de Cpage et depuis 2019 je suis à la direction de l’offre gestion des ressources humaines (GRH) et paie. Parmi mes expériences professionnelles précédentes, on peut citer un poste de responsable du développement dans une start-up, filiale de Vivendi, spécialisée dans les outils pour Internet ou encore la mise en place de certifications qualité (ISO9001…) dans des entreprises de négoce.

Aviez-vous une expérience dans le domaine de la santé ?
A CPage, j’ai eu l’opportunité, justement, de mettre en application mes compétences informatiques dans ce domaine. D’ailleurs, avant de me spécialiser dans la GRH, j’officiais notamment dans la gestion administrative du patient (GAP).

La particularité du marché CPage, c’est le marché hospitalier français ?
Oui, et plus précisément les établissements publics de santé, des EHPAD aux CHU, en passant par les centres hospitaliers et les hôpitaux spécialisés. Notre offre se concentre autour de 3 solutions administratives : la gestion administrative du patient (GAP), la gestion économique et financière (GEF) et la gestion des ressources humaines (GRH) ainsi que d’une offre pour le pilotage stratégique aussi appelé le décisionnel.

Y a-t-il de la concurrence sur votre marché ?
Nous sommes une structure de coopération placée sous un statut de groupement d’intérêt public (GIP) depuis 20 ans, mais CPage existait déjà sous d’autres formes juridiques depuis les années 80. Nos concurrents sont à la fois publics, comme nous, ou bien privés. En France, le marché est composé d’un millier d’établissements publics de santé. A ce jour, plus de 320 d’entre eux utilisent l’une ou l’autre de nos solutions logicielles.

A quand remonte votre premier contact avec la SDDS ?
Nos premiers échanges ont eu lieu dans le cadre de la mise en place de la DSN dans le secteur public hospitalier. Nous avons été conviés à des réunions d’échanges avec divers interlocuteurs du domaine public.

C’était donc peu de temps après votre arrivée à la direction de l’offre GRH/paie au sein de CPage. Cependant, votre entrée au sein de la SDDS s’est faite très récemment.
Nous avons eu des échanges avec le GIP MDS mais il nous a semblé pertinent et plus constructif d’intégrer également les groupes de travail de la SDDS sur la mise en place des normes et des fiches sur la DSN. L’idée, c’est de travailler ensemble le plus en amont possible. C’est d’autant plus logique que CPage dispose d’une expertise majeure dans le domaine des RH publiques. Ainsi, grâce à cette concertation entre éditeurs, nous sommes en position idéale pour construire des solutions les plus adaptées aux besoins de nos adhérents. A noter que nous avons déjà initié des contacts techniques sur des sujets sensibles.

Quels sont les prochains enjeux pour CPage ?
Les enjeux de CPage sont ceux des établissements de santé. A court terme, ils portent sur la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT), sur le Ségur du numérique, sur la sécurité des systèmes d’informations hospitaliers mais également sur tout ce qui a trait à l’amélioration des soins des usagers et l’optimisation du parcours patient. L’on peut citer aussi, naturellement, la gestion des ressources car les hôpitaux sont de plus en plus contraints au niveau budgétaire et personnels.

La simplification est au cœur des actions de la SDDS et des enjeux du Ségur de la santé. Améliorer le quotidien des équipes fait partie intégrante de votre mission. Pourriez-vous nous donner un exemple concret de ce que vous avez pu en mettre en place ?
Nous digitalisons l’ensemble des processus RH, que ce soit à travers un portail RH ou encore un coffre-fort numérique. Les documents sont ainsi dématérialisés et les échanges fluidifiés entre les agents et les gestionnaires.

Parlons sécurité des données. On s’aperçoit que les attaques informatiques sur les établissements de santé se multiplient. Est-ce que ce sont des problématiques auxquelles vous avez déjà été confrontés ?
Nous travaillons activement, depuis des années, sur les enjeux de sécurité. Des collaborateurs spécialisés s’y consacrent à 100% notamment pour sensibiliser les établissements et renforcer, chez eux comme chez nous, les actions et processus déjà mis en place.

Et pour conclure cet entretien, quels sont vos hobbies ou centres d’intérêt ?
Amatrice de vélo, j’ai adhéré à la fédération française de cyclotourisme. J’apprécie les belles balades au cours desquelles vous êtes amené à rencontrer des personnes et découvrez de superbes paysages. J’aime aussi beaucoup la cuisine, recevoir des invités et partager un bon repas.■